Les irruptions hivernales du Harfang des neiges dans le sud du Québec
Par Junior A. Tremblay, biologiste PhD, ministère des Ressources naturelles et de la Faune

Majestueux oiseau au plumage blanc et présentant des taches et rayures brun foncé en quantité variable selon l’âge et le sexe, le harfang symbolise la blancheur des hivers québécois et l'enracinement dans un climat semi-nordique. À ce titre, il constitue, depuis 1987, l'emblème aviaire du Québec.
 

Harfang des neiges                                                                        © Québec couleur nature 2006, Christian Chevalier

En Amérique du Nord, le Harfang des neiges niche principalement dans la toundra de l’Arctique canadien où il s’alimente presque exclusivement de lemmings. Le harfang des neiges peut également se nourrir d’autres rongeurs (ex. : souris, campagnols, lièvres, spermophiles), ainsi que d’oiseaux (ex. : canards, jeunes oies, perdrix, lagopèdes), de poissons et de charognes. Son nid est construit habituellement au sommet de gros rochers ou de tertres. La taille de la couvée varie considérablement en fonction de l’abondance de sa proie préférée, les lemmings. Ainsi, une couvée peut comporter jusqu’à 14 œufs lorsque les lemmings sont abondants. À l’inverse, lorsque la population de lemmings est de faible abondance, très peu ou aucun harfang ne nichera localement.

Lemming d’Ungava                              © Denis Bruneau, CDDMD, Le Québec en images
 
 
Le Harfang des neiges n’est pas considéré comme une espèce migratrice; il hiverne en Arctique tant que la nourriture est suffisante pour combler ses besoins énergétiques. Cependant, l’espèce est connue pour effectuer des migrations irrégulières jusqu’au sud du Canada et au nord des États-Unis. Certains de ces déplacements migratoires sont effectués par un grand nombre d’individus et sont appelés « irruptions ». Ces dernières sont expliquées par la variation des populations de lemmings, sa proie principale. Ainsi, tous les quatre ans environ, les populations de lemmings diminuent drastiquement dans toute l’aire de nidification du harfang, forçant ce dernier à se déplacer sur de longues distances afin de trouver des proies. Le fait que plusieurs harfangs des neiges apparaissent dans le sud du Québec, habituellement un hiver sur quatre, suggère que ces irruptions sont liées au cycle de lemming, mais des irruptions lors d’années successives sont parfois observées. Des observations récentes remettent en cause l’hypothèse classique selon laquelle le cycle harfang/lemming est géographiquement synchronisé à travers le continent. Il existerait plutôt, localement, des cycles asynchrones des populations de lemmings. Les déplacements migratoires du harfang seraient donc liés à la disponibilité locale de sa proie principale.
Des irruptions peuvent également survenir lors d’une année de grande abondance de lemmings. Les harfangs des neiges élèvent alors un plus grand nombre de jeunes, lesquels migrent massivement l’automne venu.


Il existerait des différences migratoires selon les groupes d’âge et le sexe des individus. En effet, les mâles immatures hiverneraient plus au sud et les femelles adultes demeureraient plus au nord. En ce sens, des études récentes menées à l’Université Laval démontrent qu’une proportion importante des femelles nicheuses de l’île Bylot hivernent dans l’Arctique canadien et qu’il existe une grande variabilité dans les déplacements migratoires des individus, suggérant que les harfangs des neiges migrant au sud seraient des jeunes de l’année ou des immatures.

Nous commençons à peine à comprendre certains des mécanismes expliquant les déplacements migratoires et les irruptions de harfangs des neiges plus au sud. Plusieurs facteurs non étudiés doivent inévitablement jouer un rôle, tels que les conditions météorologiques automnales et hivernales dans l’aire de nidification. Ainsi, il reste beaucoup de choses à découvrir concernant les irruptions et l’abondance hivernale du Harfang des neiges dans le sud du Québec.
 
 
 
 
Source de la carte :
 
 
Nature Québec Je fais un don Accès Réservé Médias Plan du site Devenez membre Contactez-nous À propos Projets Coalitions Commissions Publications Nouvelles Nous soutenir Facebook Twitter Youtube RSS Description du projet ZICO du Québec Biodiversité dans les ZICO Gardiens des ZICO Outils Carte Google conservons@naturequebec.org Voir les coordonnées de l'équipe Je fais un don